icone radio le triangle

Psycamp 2222 : Un open air psytrance qui vous fait voyager entre le temps et l’espace

Ça y est, avec l’automne qui commence tout doucement à pointer le bout de son nez, la saison des festivals touche bientôt à sa fin…alors quoi de mieux qu’une bonne dose de psytrance pour fêter ça comme il se doit ! C’est ce que nous a proposé le Psycamp 2222. Un open air hautement psychédélique qui s’est déroulé du 16 au 18 septembre 2022, à Buzet-sur-Tarn en Haute-Garonne (31).

Au programme : 48 h de son non-stop, une énigme à résoudre, 2 hectares de verdure, 450 copains avec qui festoyer…De quoi totalement déconnecter le temps d’un week-end.

Photographie by FLH Photographies

Un spot au cœur d’un magnifique village

Pour sa seconde édition, le Psycamp devait initialement se dérouler dans le secteur de Narbonne. Malheureusement, suite aux fortes chaleurs qui ont sévi cet été, plusieurs sites ont fait l’objet d’arrêtés préfectoraux anti-incendie. Le massif choisi pour l’open air en faisait partie, obligeant les organisateurs à trouver un nouveau lieu à une semaine de l’événement. Par chance, les forces de l’univers étaient avec eux et ils ont su relever le défi avec brio !

Nous avons donc pris la route en direction de Buzet-sur-Tarn, une petite ville pleine de charme près de Toulouse. Les festivités se sont déroulées au Verger de Notre Dame, un lieu de réception à l’allure de carte postale. Sous nos yeux ébahis nous avons découvert une ancienne métairie longeant le Tarn avec élégance, entièrement rénovée dans un parfait mélange entre l’ancien et le moderne. L’atmosphère qui s’en dégageait était empreinte de féérie entre ses bassins aquatiques abritant des carpes koi, sa forêt de bambous enchantés, ses colonnes végétales aux doux parfums floraux, ses murs peints ici et là. À croire que cet endroit était fait pour accueillir un open air psychédélique.

Photographie by FLH Photographies

Une décoration et une scénographie impressionnante

Une décoration des plus oniriques

À l’occasion du Psycamp2222, le Verger de Notre Dame s’est totalement métamorphosé en un véritable trip psychédélique. Nous avons été agréablement surpris car nous ne nous attendions pas à un travail de telle envergure. À peine arrivés que nous en prenions déjà plein la vue, avec un panorama splendide sur le Tarn. Puis, petit à petit se sont dévoilés chaque espace de l’open air.
On t’invite à te plonger ou te replonger dans cet incroyable univers.

Pour accéder au lieu de rassemblement, tu devais franchir deux tunnels intergalactiques. Un premier, créé naturellement par les feuilles d’un sol pleureur, puis un deuxième tressé en fils fluorescents par les petites mains expertes des deux frères d’Arteo
D’emblée la couleur est annoncée. Et ça continue ! Puisque une fois de l’autre côté, c’est la grosse claque visuelle. Disposés au sein d’un jardin zen grandeur nature, des petits lampions émettaient une lumière tamisée, illuminant diverses œuvres psychédéliques en string art. Un tableau des plus oniriques, qui te transportais directement dans une autre dimension.

Déjà bien en immersion, tu pouvais maintenant accéder au cœur de l’open air qui ressemblait à s’y méprendre à un petit village de lutins. Il y avait un peu partout des coussins pour se reposer, des tipis pour se rassembler, des spots de lumières colorées pour voyager, des personnes rocambolesques avec qui s’amuser…

Une scénographie immersive

En raison du changement de lieu tardif, l’événement n’a pas pu se dérouler 100% en open air comme il était annoncé. Effectivement, le Verger de Notre Dame se trouvant à proximité d’habitations, il n’était pas envisageable de laisser nos douces mélodies psychédéliques murmurer à l’oreille des voisins durant leur sommeil. Mais no panique , l’orga du Psycamp nous a tout de même concocté quelque chose d’incroyable avec les moyens du bord, et ça en un temps record. Alors nous pouvons les remercier chaleureusement !

The circus (Scène indoor) : C’est à l’intérieur d’une petite salle que s’est déroulée la programmation de la dark night. Mais attention, cela n’avait rien avoir avec les soirées en salle que l’on peut retrouver en centre-ville. Là, la pièce était beaucoup plus agréable, avec ses murs en briques et ses poutres au plafond qui lui donnaient un air de petite maison de campagne. Un peu comme si toute la famille s’était réunie, pour aller taper du pied chez papy Hervé…

Une scénographie époustouflante de Visual Process nous y attendait. Un artiste incontournable des soirées psytrance du sud-ouest, que l’on peut retrouver notamment au Son libre festival, à la Casba – Psychedelic Crew ou encore aux soirées toulousaines de Chronozone. Véritable spécialiste des structures en bois lumineuses, il a développé à l’occasion du Psycamp 2222 un nouveau module cinétique à base de lumières led animées. Nous ne pouvions qu’être hypnotisés par ses motifs fractals qui nous emportaient au fin fond de notre subconscient .L’immersion était totalement au rendez-vous.

The carrousel (Scène outdoor) : Vu qu’à l’origine il devait y avoir qu’une seule et unique scène, la scénographie extérieure était plus sobre mais pas moins immersive grâce à son environnement naturel. De l’herbe, des arbres, du soleil, quelques peintures psychédéliques d’Anonymous Substances, il y avait de quoi ravir les psycampeurs adeptes d’air frais et de grands espaces verts. Rien de tel que de pouvoir fouler le sol pieds nu sur la terre fraîche.

Photographie by FLH Photographies

Une programmation de folie

Alors, que dire de ces 48h de son non-stop ? La programmation du Psycamp 2222 était absolument phénoménale de jour comme de nuit. Des pépites musicales, d’autant plus sublimées par le travail du sound système Purple Acoustic.

Sur la scène indoor, nous avons voyagé au fin fond de la dark musique avec de la darkpsy, de la forest et de la hi tech. En somme de la psytrance comme on l’aime : sombre, tortueuse et hyper mentale ! Nous avons eu le droit à une belle brochette d’artistes tous plus déjantés les uns que les autres, qui nous ont directement propulsés en transe. On y a notamment retrouvé les basses sombres de Synthétik Chaos, les sons envoûtants de Forest Bamp, le projet forest de Mysmatic pour une envolée lyrique au fin fond d’une forêt mystérieuse, la précision des doigts de fée de Léax, ou encore l’énergie débordante de Floush. Une véritable épopée abyssale.

La scène outdoor quant à elle nous a offert une programmation psytrance plus éclectique, en allant de la funky psytrance avec Barket et PIR2 du label ADN Music pour des superbes mélanges entre des sons groovy, dark et jazzy, à la psygressive avec Captain Pastek et ses sonorités novatrices qui mêlent l’univers de la psytrance à celui de la techno, ou encore à la psygroovy avec EPY-C et ses kicks puissants qui se veulent comme une véritable montée d’Epyprephine (adrénaline en langage humain…). Nous sommes également entrés tout doucement dans le monde de la nuit grâce aux mélodies très forest d’Eco Jafar.

Bref, le Psycamp nous aura fait swinguer comme jamais tout au long du week-end. Une belle manière de décompresser après le mood de la rentrée. 

Photographie by FLH Photographies

Interviews réalisées sur place

L’énigme du Psycamper égaré dans le temps

L’énigme du Psycamper égaré dans le temps.

Après t’être montré in fire sur le dancefloor, tu avais également la possibilité d’enflammer tes méninges en te confrontant aux terribles énigmes du Pierre Fouras… Quoi les énigmes du Pierre Fouras ? Voilà qui est bien mystérieux…

On vous fait le topo.

Lors du dernier Psycamp, un des festivaliers s’est retrouvé projeté dans une faille temporelle et a atterri tout droit en plein milieu d’une fête foraine en l’an 2221. Après moult péripéties, il se lie d’amitié avec les forains qui lui font la promesse de l’aider à retourner dans son époque. Le psycamper rejoint finalement leur troupe et c’est plein d’espoir qu’il arpente avec eux le monde de la fête durant plus d’un an. C’est ainsi que son voyage aboutit au Psycamp 2222. Pour lui c’est la terre promise, il est sûr que son billet retour se cache dans cette édition.

Et c’est là que nous intervenions, puisque notre mission était de l’aider à récolter les indices dissimulés dans le festival, afin d’inverser la boucle spatio- temporelle (rien que ça…).

Pour cela, nous devions avant toute chose retrouver le détenteur de ses énigmes: le fameux Pierre Fouras ! Une fois démasqué, tel un sphinx, il nous invitait à élucider 5 énigmes. La tâche était ardue et le Pierre Fouras intransigeant. De nombreux psycampers ont dû ressentir des nœuds au cerveau en essayant d’aider leur mystérieux compère. En fin de compte, grâce au dernier indice tu étais en mesure de lever le voile sur l’identité du psycampeur égaré, qui n’était autre que Wild Wild Bass l’un des fondateurs de l’évènement.

Et toi, as-tu pu résoudre les 5 énigmes du Pierre Fouras ?

Photographie by FLH Photographies

Un open air à l’allure de festival

En définitive l’open air du psycamp 2222 avait tout d’un festival de psytrance. Tous les éléments y étaient :

De quoi craquer sur de magnifiques bijoux/ vêtements ethniques, avec des petits stands artisanaux.

De quoi se régaler. Il y avait qu’un seul stand de bouffe, mais pas des moindre: celui d’Abu Tribe ! Nous étions plus que ravis d’avoir l’opportunité de goûter une nouvelle fois son fameux kebab au seitan qui nous aura tant fait saliver à l’Etheral Decibel, ainsi qu’au Hadra trance festival. Son assiette XXL est également un pur délice pour les papilles.

De quoi se désaltérer, avec deux bars hyper cool qui proposaient de la bière artisanale plus qu’excellente. Et puis mention spéciale aux jus de fruits locaux qui nous auront apporté le plein de vitamines, on en avait bien besoin.

De quoi détendre ton corps, avec un stand de massage.

De quoi profiter de la fête en toute sécurité, avec un stand de protection des risques.
Et puis le plus important, les good vibes et la folie des festivaliers toujours là pour t’accompagner dans cette plongée au cœur de la culture psychédélique.

En résumé, si tu aimes la psytrance et si tu aimes camper… tu aimeras forcément psycamper au Psycamp de l’année prochaine ! 

Photographie by FLH Photographies